oh boy ✖ 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WINGS OF FIRE

avatar

Messages : 169
Pièce d'Or : 27
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 21

INFORMATIONS SUR LE PERSONNAGE
Pouvoirs:
Inventaire:

MessageSujet: oh boy ✖ 100%   Sam 9 Nov - 18:07

KONNERADT LIZZIE
Boy we're running free ✖ Facing light in the flow

NOM : Konneradt
PRENOM : Lizzie
AGE : 17 ans
DATE ET LIEUX DE NAISSANCE : né à Saphren, un certain 23 juin.
SEXE : masculin

POUVOIR PRINCIPAL
- MR MAGIC : permet à son utilisateur de faire disparaitre un objet, puis réapparaitre à un endroit désiré - non éloigné - dans une limite de temps choisie ou quelque fois aléatoire.
POUVOIRS SECONDAIRES
- SHOWMAN : permet d'attirer l'attention de toutes les personnes se trouvant près du possesseur de ce pouvoir.
- CATCH ME IF YOU CAN : permet de rompre toute sortes de nœuds.

ORIENTATION : non définie.
PASSION : inconnue.
GOÛTS : Oui, Lizzie a toujours aimé les choses douces, que cela soit les personnes, les objets ou les sons, les odeurs... Et cela résume en grande partie ses gouts. Les choses extraordinaires, les regards émerveillés ou fascinés. Il a toujours adoré, par respect de sa contré natale sans doute, l'obscurité, et la douceur de l'hiver. Il déteste bien évidement, tout ce qui est contraire à cela et ne peux supporter, le fait de devoir se répéter, ou s'expliquer.
SECRET : a toujours eu peur des clowns.
PARTICULARITÉ : il arrive qu'il porte encore son masque de nuit.
AUTRE : tendance à s'endormir n'importe ou.

SANTE PHYSIQUE : Lizzie, une personne dont le sommeil gagne facilement, fatigué pour peu de choses, sans doute frêle oui. Attirant les maladies comme il ne pourra jamais attirer autre chose.
NIVEAU DE MAGIE : Il compense, il excelle. Doué d'une magie endurante, sans doute à l'opposée de son corps humain.

DESCRIPTION

Lizzie d'apparence si douce, si fragile. Il n'aurait pu être nommé autrement qu'avec un nom délicat, qu'avec un nom reflétant ses traits efféminés, ses gestes bien trop subtils. Quelque chose d'attrayant sans vraiment l'être. Un simple songe, une simple personne dans une masse définie. Oui, le genre de personne abordable, simple, trop simple. Piégé dans la banalité, piégé dans une sobriété naturelle. Se contentant d'exister, de marcher dans un monde qu'il n'apprécie guère, sans jamais comprendre ces raisons, qui le poussent à mettre un pied après l'autre, à respirer. Il se laisse porter, il s'arrête, se questionne. Et pourtant, Lizzie ne désire savoir, ne désire le savoir, et ne désire sans doute, que peu de choses, oui. Egoïste comme tant d'homme, chérissant, protégeant le strict minimum : sa vie sans aucun doute. Comme coupé du monde, comme spectateur à son tour, d'un spectacle peu gracieux, d'un spectacle sans fantaisie. Oui, Lizzie est comme cela, se contredisant dans ses paroles, ses actes. Ne vivant que pour voir dans les yeux des autres, ce qu'il ne pourra jamais ressentir. Peut être bien trop faible, lâche pour cela. Fuyant un quelque chose qu'il n'explique, fuyant une réalité qui aurait du, aurait pu lui appartenir, le faire respirer d'une manière nouvelle, d'une manière sans doute bien trop séduisante à son gout. Oh, Lizzie recherchant ce calme sans fin, ce silence esquissé d'une nuit paisible, mort de naissance, n'aspirant qu'à retourner dans les bras de celle qui l'a déjà étreint dans une vie passé. Un quelque chose non réfléchi, non calculé, comme s'il regrettait. Comme s'il doutait, sans vraiment savoir de quoi. Homme sans doute las d'une vie sans commencement, d'un quotidien  sans fin. Il se contente, encore et encore, d'aimer, d'admirer ce peu de choses, ce peu de personne, comme une obsession insatisfaite. S'accrochant sans réellement le vouloir, réflexe soudain, réflexe calculé. Le cœur battant pour ce genre de personne, douce, calme, censée comme si, oui, comme si un jour, elles pourraient le sauver. A la recherche d'une pureté d'enfant, celle qu'il a perdu en tombant, celle qu'il ne retrouve plus en se relevant, en cherchant. Le problème n'en ai plus un, n'en a jamais été, s'imposant ces barrières invisibles sans réellement savoir pourquoi, comment. Complexité à présent, comme balayant ce qu'il pensait être, ce qu'il devrait être. Il se cherche, et il cherche. Lizzie simple fantôme, son cœur grouillant de cette nuit, de cette ombre qui la vu naitre là bas. Lizzie simple homme aux physique commun, adolescent que la maturité attend.Ne cherchant sans doute qu'une seule chose, ne cherchant sans doute que ce qui lui appartient déjà, un corps, une âme, un quelque chose aux allures d'humanité.

BIOGRAPHIE


Quelques secondes, quelques fragments d'éternités. Il sait, il a toujours su. Il a toujours contemplé, toujours observé de ces deux yeux d'enfants. Il aurait voulut s'assoupir, il aurait voulut oublier. Pourtant, il a gravé dans sa mémoire la moindre de ses facettes, la moindre de ses paroles. “ Si tu étais né autrement... ” S'il avait été une femme, oui. “ Lizzie.. Lizzie, regarde-moi ” Sa voix résonnant encore. Son parfum emplissant la pièce. Il n'a toujours fait que cela. Il n'a toujours vécu qu'à travers lui, et seulement lui. Dieu vivant, être adulé, d'une douceur inexpliqué. Il voudrait s'imprégner de lui, il voudrait déchiqueter ce corps tout aussi frêle que le siens. Il voudrait lui appartenir, il voudrait qu'il lui appartienne. Oh, Lizzie le contemple, Lizzie s'en inspire. Lenteur et silence. Le temps s'arrête pour eux. Il le laisse le détruire petit à petit.

Il naquit. Il vécu. Souriant, confiant d'abord. Enfant d'une sagesse inexplicable, enfant éduqué avec cet amour sans faille d'un parent envers  sa progéniture. Pourtant elle règne. Cette obscurité, cette noirceur. Il la déteste, se force à l'aimer, et finir par se convaincre qu'il l'a toujours désiré. Il n'est qu'un enfant. Il ne peut que se contenter de comprendre en silence. C'est ce qu'on lui a apprit. C'est ce qu'il a cru apprendre. Oh, Lizzie, son destins écrits dans ces quelques lettres. Et dans cette nuit opaque, il aurait du devenir un homme, il aurait du enrichir ce blason à présent piétiné de son propre pied. “ Un mariage. Ma fille est en âge. ” Il grandit, il obéit, sans vraiment savoir ce qu'il aurait du penser, sans jamais se demander si ces réponses qu'il ne peux trouver existerais réellement. Ce monde qu'il effleure, ce monde auquel il appartient, il finit par s'en languir. Par ne plus pouvoir attendre que la lumière arrive jusqu'à lui. Il regarde son frère dépérir, il le regarde prendre sa place. Cela ne suffit pas après tout.  Toujours plus, encore plus. Lizzie connait ces pensées, Lizzie constamment les sentant peser sur ses épaules. Son tour viendra, il le sait. Il l'a toujours comprit. De simple alliances, comme si le reste de l'histoire en dépendant, de simples associations que sa vie même nourrira.

Et il le rencontre. Délicatesse attrayante, personne captivante. Oh, il ne peut s'empêcher de le détailler, de s'en méfier. Il est celui, qui entrera dans sa famille par simple lien du sang. Lizzie est en âge, il se doit alors, de gouter à cette chair dont le simple toucher l’écœure. Alors il se demande, pourquoi ces yeux brillent autant, pourquoi son cœur à présent, ne peux s'empêcher de répondre à ces signaux silencieux. “ Moi, je me suis toujours demandé ce que cela leur apportais. ” Lizzie n'y réfléchis pas, Lizzie ne désire que boire son savoir, que ressentir ce qui émane de lui, sans chercher à comprendre cette fois. Ce monde ci, n'est gouverné que par des lois qui lui sont étrangère, qui change à chaque histoire, à chaque personne. Il prétend la voir, et il se contente de lui rendre visite à lui sans jamais saluer cette femme, tout en sachant pourtant que cette-fois si, aucun frère ne pourra lui éviter d'être enfermé dans une cage doré. Oh, s'il avait été une dame, il aurait aimé rester à ses côtés, il aurait compris son rôle dans cette famille ou l'aurait au moins accepté. Il aurait pu, l'aimer. Ils sont jeunes pourtant. Oui, bien trop jeunes pour comprendre, que tout cela n'est qu'une simple pièce de théâtre, n'est qu'une simple tragédie parmi tant d'autre. Lizzie s'accroche alors. Lizzie ne demande qu'à n'écouter pour le restant de ses jours, sa respiration, la preuve qu'il n'est pas une illusions. “ Passons le temps. ” C'est sa manière de dire, de lui faire ressentir ce qu'ils ne pourront jamais nommer.

Sans doute alors, décide-t-il de l'abandonner. Partagé entre passion assourdissante et lassitude permanente. Lizzie s'enfuit. Lizzie fuit. Lâche, égoïste, il l'est. Sans doute aurait-il pu lui apporter bien plus, sans doute aurait-il pu à nouveau le regarder lire en silence, le regarder construire une vie dans laquelle il n'aurait pas eu de place, et à son tour faire de même. Après tout, sa sœur lui était destiné. Il n'était pas, et ne serait jamais ce qu'il aurait du promettre. Lizzie faisant la simple erreur de le laisser l'emmener dans une facette du monde qu'il n'aurait jamais du visiter. Bien compliqué pour expliquer, bien compliqué pour s'expliquer. Lizzie perdu alors, dans cette vaste contrée. Il a été éduqué, évidement, il a finit par s'apercevoir que lui aussi avait ces gênes.

Il se voit mourir. Il n'a fait pourtant, que s'assoupir. Laissant à nouveau le temps passer. Ne pouvant plus le regarder, l'admirer. “ Que diriez-vous d'un spectacle ? ” Il observe, entre deux mondes, il se demande si tout cela n'est pas après tout que cette pièce déjà entamée. Remboursez-le. C'est une histoire bien stupide, bien futile. Il la regarder et il sait bien évidement, ce qu'il pourrait faire. Il sait aussi, que tout cela n'est que banalité, simple banalité dans un monde où, ils savent. Ils savent que tout est truqué. Un simple étalage de pouvoirs, pas ceux qu'il aurait du désirer, acquérir. Non, ce n'est pas un pouvoir tintant dans le creux de sa main... Lizzie aurait désiré alors apporter à son tour, ce que lui même n'aurait pu ressentir, sans doute déjà résigner à fuir ce qu'il aurait pu avoir. De simples barrières forgées par sa pensée, l'empêchant pourtant de mettre un pied devant l'autre, de redevenir quelqu'un. Lui même doutant du monde, ne pouvant que se demander encore et encore si tout cela n'est qu'un songe. Il l'a laissé derrière, sans doute enterrant de simples erreurs. Un simple animal sauvage ne sachant comment se dompter lui même.

Lizzie ne se permit de le revoir. Lizzie se permit cependant, de contempler le monde. D'offrir bien plus qu'une simple liaisons, qu'un simple espoir mort né. Sans doute lui même noyé, sans doute lui même bien trop dérangé. Il s'était assoupi. Sans même se rendre compte, qu'il avait vécu. Sans même se rendre compte, que le temps ne l'a pas attendu. Sans doute n'était-ce qu'un fugace rêve aux allures de réalité


ET VOUS DANS TOUT ÇA ?

PSEUDO : pchtpcht.
AVEZ VOUS SIGNE LE RÈGLEMENT ? oui (bien que cela soit avec mon ancien compte enfin l'ancien pseudo).
COMMENT ÊTES VOUS ARRIVE SUR LE FORUM ? une bien longue histoire.
COMMENT LE TROUVEZ VOUS ? toujours aussi beau madame, toujours aussi propre, toujours aussi dans mon cœur - même si cela ne veux rien dire huhuhu -. Par contre, le texte de code de présentation de cette version a des textes très petits pour mes yeux semi aveugles.
UN PETIT TRUC A RAJOUTER ? un jour, je finirais cette fiche. EDIT : huehuehue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WINGS OF FIRE

avatar

Messages : 278
Pièce d'Or : 17
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 22

INFORMATIONS SUR LE PERSONNAGE
Pouvoirs:
Inventaire:

MessageSujet: Re: oh boy ✖ 100%   Lun 11 Nov - 11:25

TU ES VALIDE !!!
C'est bon ta fiche est nickel.Tu peux maintenant venir postuler pour une guilde (www) si tu en as l'envie. Dans tout les cas, n'oublie pas de venir poster sa fiche de personnage (www) et de faire recenser ton avatar (www)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

oh boy ✖ 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Seraph ::  :: PRESENTATIONS-